25èmes Rencontres Photographiques : Quand les nuages se taisent

Amélie Labourdette • Eric Courtet •  Ilanit Illouz 
Emmanuel Madec • Damien Rouxel •  Léonie Pondevie 
Mathias Benguigui & Agathe Kalfas • VOST Collectif
Fonds photographique du Lieu

Quand les nuages se taisent raconte des histoires, évoque l’écho du Big Bang qui témoigne du lien profond et abscons liant l’humain au cosmos. Il brûle sous le soleil du désert de Judée, où la mer morte s’évapore et creuse le sol pour en faire une métaphore de la mémoire révélée par le sel restant. Ce même sel qui se jette sur les récifs de l’île de Lesbos, marquée par la double mémoire d’un chant migratoire humain. Où la migration à venir face à une fin du monde, face à l’effondrement de l’humain, doit trouver des solutions, partir, coloniser, apprivoiser un plan b. Rester, regarder et contempler le ciel, les nuages qui passent et noter jour après jour l’évolution de ce temps humain, grain de sable face aux formes vacillantes de la météorologie. Rouler, regarder, appréhender, questionner, photographier cette ligne transversale, ce territoire breton en mutation. Une mutation globale relatée quotidiennement dans la presse, la réappropriation de ces informations en transformant l’image afin d’adoucir sa réception personnelle… Et enfin, l’histoire de soi, d’un soi en construction, en confrontation, en réaction, une histoire personnelle mêlant des mondes divergents pour ériger un théâtre de création.

Cette nouvelle édition s’abreuve de récits allégoriques issus d’expériences collectives ou individuelles. Parallèlement au tohu-bohu inhérent et enveloppant, ces 25èmes Rencontres Photographiques proposent une accalmie et seront ponctuées d’évènements, apartés qui permettront de s’immerger dans les narrations au delà de l’image.

Émilie Teulon
Commissaire des expositions pour les 24e Rencontres Photographiques
Directrice artistique et responsable de la pédagogie, Le Lieu


Plus d’informations sur les apartés à venir

PROGRAMMATION
Damien Rouxel
Qu’est-ce qu’on va dire de nous ?

Damien Rouxel est un jeune artiste né en 1993, diplômé d’un DNSEP à l’EESAB de Quimper.. Son travail, mélange de photographies, vidéos, textes et performances, s’articule autour des questions de genre, de ruralité et de travestissement. Issu d’une famille d’agriculteurs, Damien explore la ferme, ses outils et son langage, en fait un décor où les formes s’hybrident et se métamorphosent. L’artiste y projette ses rêves et ses fantasmes, leur donne vie par la création de costumes, de masques qui viennent entremêler l’homme et l’animal, l’héritage familial et les mythes. Par la mise en scène de ses parents, de sa sœur et ses autoportraits, il questionne nos rapports sociaux et notre identité dans un monde vacillant entre maintien des traditions et rejet de la réalité. Le projet qui sera exposé lors des 25èmes Rencontres Photographiques proposera un recueil d’œuvres inédites, constitué et produit dans le cadre de la bourse Contre vents et marées portée par la Région Bretagne.

Le Lieu de la photographie
Hôtel Gabriel, Enclos du Port, 56100 Lorient
Du mardi au vendredi : 14h-18h
samedi et dimanche : 15h-18h
Fermée les jours fériés

Léonie Pondevie
À l’orée du lendemain

Au fil des saisons, les relevés de campagne envoyés par la poste à Météo France se sont taris. Seules restent les stations automatiques des villes qui émettent sans que personne ne vienne les consulter. Les yeux sont rivés sur l’écran tandis que dans le ciel, continuent de passer les nuages. Aucun scientifique ne collectera la fraicheur d’une matinée qui s’écoule dans le creux de la rivière, ni le frisson des jonquilles dans les sous-bois, ou la caresse du soleil sur l’épi d’un blé. Le murmure de l’anodin est devenu inaudible et les nuages s’évaporent en silence.
Ce projet photographique et vidéographique autour d’un récit familial mêlera archives, dessins, textes et vidéos, comme une ode à l’observation de l’anodin, de la lenteur et des bouleversements de notre climat.

Le Lieu de la photographie
Hôtel Gabriel, Enclos du Port, 56100 Lorient
Du mardi au vendredi : 14h à 18h
samedi et dimanche : 15h à 18h
Fermée les jours fériés

Emmanuel Madec
Papillons

La pièce Papillons est une considération plastique concernant les images quotidiennes que nous côtoyons.Emmanuel Madec s’est intéressé aux photographies de presse dʼun grand quotidien français. Chaque jour de publication de lʼannée 2016 a ainsi fait lʼobjet dʼun prélèvement dʼune image dont la violence le frappait particulièrement. À lʼaide de plis, il a transformé ces images en kirigami, prenant lʼaspect de papillons qu’il a épinglés délicatement dans des boîtes entomologiques à la manière dʼune collection dʼhistoire naturelle, avec leurs légendes initiales. Papillons est donc un geste artistique qui marque un éloignement émotionnel et critique de ces images parfois insoutenables, tout en formulant des interrogations sur leur place, leur fonction et sur la part dʼentre elles qui resteront inscrites dans nos mémoires.

Ecole Européenne Supérieure d’Art de Bretagne – Site de Lorient
1 avenue de Kergroise,
56100 Lorient
du lundi au vendredi de 13h à 20h
le samedi de 14h à 18h
Fermeture les dimanches, les jours fériés et du 23 octobre au 1er novembre.



Mathias Benguigui & Agathe Kalfas
Les Champs de l’Asphodèle

Les Chants de l’Asphodèle – ce lieu mythologique des enfers où les âmes n’ayant commis ni crime ni action vertueuse patientent éternellement – est une recherche documentaire qui puise dans la juxtaposition de ce double régime de strates historiques sur l’île de Lesbos, où se côtoient deux récits de migrations. En s’affranchissant ainsi de l’actualité et de ses codes iconographiques, les auteurs ouvrent un espace de création sensible et poétique. Par une série d’images mêlant paysages et portraits de la population de l’île, à la fois insulaire et migrante, Mathias Benguigui propose une lecture des défis imposés à ce territoire en jouant des frontières entre fiction et réalité. Les textes d’Agathe Kalfas répondent au langage des images pour en enrichir la narration et plonger le lecteur dans l’épaisseur de la vie quotidienne de l’île.

Galerie du Faouëdic
Place de l’Hôtel de ville
56100 Lorient
Du mercredi au dimanche de 14h à 19h
Fermée les jours fériés

VOST Collectif
Proxima B

Proxima b est une réaction, sur les nouvelles réalités de notre société, qui évoque les métamorphoses et les altérations de notre époque, une fin d’un monde qui se transforme en un nouveau. L’exposition sera un parcours en trois chapitres : L’intime, Les troubles, Le passage. Les images apparaissent comme une vibration, un bredouillement, un bruissement du réel. Dans ce corpus d’images regroupant six auteur-e-s d’une même génération, les photographies se superposent, se fondent et se confondent. Il y a comme un trouble, des glissements, mais aussi de l’espoir. Le collectif Vost aborde ici les thèmes de l’effondrement et de la collapsologie, des métamorphoses et des altérations de notre époque, une « fin du monde » comme le commencement d’un autre, pour créer une atmosphère étrange et intemporelle, parfois dure et brutale, habitée de résonances positives, d’éclats et de possibilités de changement.

Galerie du Faouëdic
Place de l’Hôtel de ville
56100 Lorient
Du mercredi au dimanche de 14h à 19h
Fermée les jours fériés

Eric Courtet
Déviation

« Quelles sont les raisons qui m’obligent à rouler sur la départementale D769 depuis Lorient pour remonter vers le nord de la Bretagne ? Qu’est-ce qui me pousse à prendre le volant, le boitier posé sur le siège avant passager, pour bifurquer vers des routes aux bordures incertaines ? Est-ce pour témoigner d’un monde qui s’en va, une désaffectation aux volets fermés, aux rideaux tirés ? Est-ce pour saisir des solitudes croisées en chemin, en quête de répit, de silence. Ou n’y a t-il pas plutôt une intention plus obscure, une intention souterraine que c’est en s’en remettant au hasard que la vie peut apporter du neuf ? »

Eric Courtet, à propos de Déviation, projet photographique en cours en centre Bretagne

Galerie du Faouëdic
Place de l’Hôtel de ville
56100 Lorient
Du mercredi au dimanche de 14h à 19h
Fermée les jours fériés


Fonds photographique
du Lieu

Le fonds photographique du Lieu est né en 1982, s’est agrandi dès 1989, date de création de la Galerie elle-même et surtout, depuis 1991, quand la Ville de Lorient a commencé à passer des commandes à des photographes pour travailler à produire un patrimoine contemporain ayant la ville pour objet. La collection du Lieu rassemble aujourd’hui plus de 800 œuvres. Ce fonds ne raconte pas l’Histoire de la photographie, avec les majuscules, seulement de Petites histoires. C’est à dire, nos liens, nos attaches avec chacune d’elles. Comme un pull-over mal ajusté, un tramage affectueux qui dirait qu’il y a mille bonnes raisons et autant de mauvaises, d’aimer tricoter la photographie de tous ses fils pour faire récit.

Patrick Bernier

Médiathèque François Mitterrand
4 place François Mitterrand,
56100 Lorient
Lundi 13h-19h
mardi, mercredi et vendredi 10h-19h
samedi 10h-18h.
Fermeture les jeudis et les jours fériés

Ilanit Illouz
Les dolines

Les dolines s’appuie sur une recherche au long cours autour des éléments naturels et propose une étude photographique expérimentale d’une vallée située dans le désert de Judée, entre Jérusalem et Jéricho, à proximité de la mer Morte. L’assèchement dramatique du lac a transformé la région en une zone lunaire, rongée par le sel. Celui-ci, ramassé à même le sol du désert, est ensuite utilisé par l’artiste dans son atelier pour fossiliser ses tirages et leur conférer une qualité sculpturale. À la fois image et composant structurel, il fait scintiller l’œuvre en même temps qu’il la fige, rappelle le caractère vivant de la matière minérale aussi bien que sa beauté hiératique, suggère un paysage à contempler et un écosystème menacé.

Galerie La Rotonde
Place de l’hôtel de ville, 1 rue Louis Aragon,
56 600, Lanester
Lundi, mardi, mercredi et vendredi 8h30 – 12h00 / 13h30 – 17h00
Jeudi 10h00 – 12h00 et 13h30 – 17h30 
Samedi 9h – 11h30
Fermée les jours fériés

Amélie Labourdette
smos

Tout ce que nous connaissons de l’Univers, du Cosmos semble procéder du Big bang, en être « son écho », dont le son fossile est encore audible dans l’univers. Chez les philosophes grecs le terme KÓSMOS signifie « le monde ordonné », l’organisation du monde terrestre et céleste. Cette constellation d’images photographiques tente de rendre compte de la relation de l’humain à la biosphère terrestre, au Cosmos, dans le désert américain, ainsi KÓSMOS ne cherche pas simplement à reproduire extérieurement l’image du monde, mais cherche à saisir l’étrangeté primordiale de notre environnement terrestre perçu comme un monde crypté.

Artothèque – Galerie P. Tal-Coat
Centre socio-culturel, 15 rue Gabriel Péri
56700 Hennebont
mardi 14h-18h 
mercredi 10h-12h/14h-18h 
vendredi 14h-18h30
samedi 10h-12h/14h-17h
Fermée les jours fériés